PANIERS CULTURELS En culture aussi, consommez local !

PANIERS CULTURELS En culture aussi, consommez local !

crédit : Le Panier Curieux, Viens Voir A Tours

Ils s’appellent Panier culture, épuisettes ou cocottes culturelles, Kaba ou Paniers curieux. Ils sont tous nés entre 2014 et 2017, une douzaine au total, dispersés partout en France, surfant à la fois sur le modèle des AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) et sur la tendance des Box, ces coffrets cadeaux ou surprises qui se sont développés dans tous les domaines.

Les paniers culturels, une alternative à la diffusion institutionnelle ?

Bien qu’il existe nombre de modèles de paniers culturels, la plupart répondent à des objectifs communs. Tout d’abord, améliorer la visibilité des artistes locaux. En effet, pas si simple d’être un artiste dont l’œuvre est connue et le talent reconnu. Cela demande de passer par des circuits de diffusion traditionnels complexes, particulièrement embouteillés au vu de l’inflation des propositions artistiques et difficiles d’accès pour les artistes émergents, qui n’ont souvent ni les subventionneurs, ni le carnet d’adresse nécessaires. Les fondateurs du Panier Culturel de Rennes sont partis d’un constat simple : « seulement 20 % des propositions culturelles, celles qui sont en tête de gondole, font 80 % des ventes. Il y a donc 80 % de l’offre qui n’est pas visible malgré une qualité certaine». Ainsi, les paniers culturels constituent des canaux de distribution alternatifs, qui tentent de diminuer le nombre d’intermédiaires et qui valorisent des artistes locaux, émergents, en faisant en sorte de leur assurer une rémunération juste.

Diversité culturelle et renouvellement du rapport artiste/public

Par ailleurs, la pluridisciplinarité des arts est de mise dans les paniers, qu’il s’agisse de spectacle vivant, de musique ou d’art graphique, de biens matériels (comme un CD ou un livre) ou immatériels (place de concert). Là-encore, les propositions artistiques de qualité, atypiques ou exclusives sont les bienvenues. Il peut s’agir pour le spectateur de vivre une expérience à part entière : spectacle chez l’habitant, performance dans l’espace public, atelier de création. Les paniers culturels ont aussi à cœur de créer du lien entre artistes et public. Les spectateurs, en achetant leur panier, participent à financer la création artistique, ils s’en font les micro-mécènes, deviennent contributeurs-citoyens et non plus de simples consommateurs culturels.

Fonctionnement : et si je lançais mon panier ?

Le Panier Jeune Public de Viens Voir A Tours

Après avoir mené ma petite enquête, voici un résumé du fonctionnement des paniers culturels !

Qui ? La majorité des paniers culturels sont créés et mis en œuvre par des associations de loi 1901, le plus souvent dans les grandes villes – ce qui n’a rien de vraiment étonnant puisque les paniers culturels misent sur des propositions artistiques locales : une forte densité d’artistes sur le territoire est donc un argument non-négligeable pour se lancer.

Quoi ? Pour la plupart, les paniers sont composés de 3 à 5 propositions culturelles, allant de la place de théâtre au concert, de la visite d’une galerie à la performance dans l’espace public ou encore au recueil de poème, au CD, à une photo exclusive prise par un photographe, etc … Le contenu offre une variété très large, l’usage étant de mixer les plaisirs, les goûts et les couleurs. Et surtout de garder le contenu secret ! Eh oui, car le but du panier culturel, c’est de vous amener vers des propositions artistiques inédites ! Le concerto de violoncelle dans une chapelle gothique, y seriez-vous allé sans votre panier ? Pas si sûr. Et comble du bonheur, le contenant est généralement assez soigné : totebag sérigraphié par un artiste ou sac customisé, de quoi commencer une jolie collection.

Combien ça coûte ? Côté prix, il faut compter entre 30 et 45 euros pour un panier, mais la plupart des associations ont développé plusieurs offres, en solo,  ou en duo si vous êtes du genre à aimer partager. On trouve parfois un panier Jeune public pour les enfants, voire des paniers à tarif réduit pour les étudiants.

Quand ? En général, une fois par trimestre, soit 3 ou 4 paniers par an, selon l’organisation des associations. Difficile de faire plus, car proposer un panier demande du temps, surtout quand l’équipe qui le gère est totalement bénévole : rechercher les artistes, négocier des prix groupés, organiser le système d’inscription et de diffusion, communiquer et trouver de nouveaux contributeurs, etc. Par ailleurs, la plupart des assos proposent une soirée de remise des paniers festive, dans un café ou dans un lieu culturel, avec petit pot, rencontre avec les artistes ou proposition musicale. Bref, une petite fiesta pour découvrir ce que contient le panier, discuter sur le contenu du précédent et rêver déjà au suivant !

Les conseils : Pour que votre panier fonctionne, il va vous falloir trouver un certain nombre de contributeurs (au moins une trentaine, voire une quarantaine) et arriver à les garder ! Pour pouvoir négocier des prix ou organiser une soirée concert chez l’habitant, mieux vaut avoir l’assurance que le public sera au rendez-vous. Il vous faudra également convaincre les artistes locaux de vous rejoindre dans l’aventure. C’est pourquoi, avoir un petit carnet d’adresse d’artistes locaux est bienvenu. Suivre un calendrier, se renouveler, fidéliser le public peut être un peu contraignant mais plus vous serez nombreux (on vous conseille 3-4 minimum au début), plus vous aurez de l’énergie pour pérenniser l’aventure. Mais rassurez-vous, créer un panier, c’est aussi avoir la liberté d’inventer plein de rendez-vous artistiques et culturels, de faire se rencontrer des artistes et des amateurs de culture, découvrir de nouvelles propositions artistiques, faire émerger des talents locaux. Et y prendre du plaisir !

Les paniers culturels près de chez vous : – Paniers Culture, de l’AP3C à Nantes – Paniers Curieux, de Viens Voir à Tours – Paniers Culturels à Rennes – Epuisettes Culturelles, à Toulouse – Les Paniers, à Amiens – Paniers Culturels, de la Coursive Boutaric, à Dijon – Kilti, à Lille et Bruxelles – Kaba, de l’Amac22, dans les Côtes d’Armor – Cocottes culturelles, à Brest

1 Comment

  1. […] La classe culturelle permet aux élèves d'aller au-delà d'une simple rencontre, et de travailler avec des artistes. Participer ! PANIERS CULTURELS En culture aussi, consommez local ! – Lieutopie. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *